Du 5 au 7 Juillet 2013 se déroulait dans la ville de Mulhouse la quinzième édition du festival automobile. Parmi les nombreuses attractions de ce week-end entièrement dédié à l'Automobile une a particulièrement retenue mon attention. Il s'agissait d'une exposition située dans le très beau parc Salvator dont le thème principal  était "les voitures des 24 heures du Mans". Je vous laisse découvrir ces merveilles classées de la plus ancienne à la plus récente.

Bonne visite. 

 

Bugatti T13 Breschia de 1921 

Produite à partir de 1910, la type 13, allait contribuer à la renommée du nom Bugatti. Elle était dotée d'un 4 cylindres de 1327 cm3 d'environ 20 ch, ne pesait pas plus de 560 kg, et pouvait atteindre 100 km/h.

 

Audi Type E Phaeton de 1924 carrossée par Erdmann & Rossi 

 

Th.Schneider SP 25 de 1925

 

Bugatti Type 37 de 1928

Voiture de Grand Prix de la catégorie des 1,5 litre, la Type 37 remplace la Brescia. Elle est l'évolution de la type 35,elle possède d'ailleurs le même châssis et la même carrosserie que celle ci. Si extérieurement, rien ne distingue la 37 de la 35 mis à part les roues à rayons "Rudge" et les petits tambours de frein, coté moteur la différence est de taille puisqu'on passe d'un huit à un un quatre cylindres développant 60ch.  

Malgré une puissance moins élevée que la huit cylindres, elle est presque aussi rapide (145km/h) grâce à son poids inférieur. Ses performances lui permettront de dominer la concurrence dans la catégorie 1500.

Au milieu de la saison 1927, Bugatti lance une évolution de son modèle, la Type 37 A (ou CP, appellation officielle) équipée d’un compresseur qui porte la puissance à 90 ch (170 km/h). L’allumage par distributeur est remplacé par une magnéto, tandis que le moteur reçoit également un graissage sous pression. Dès lors, la grande majorité des 37 produites seront suralimentées.

Conçue pour les pilotes privés et les clients sportifs (et fortunés) de Molsheim, la Bugatti Type 37 sera également confiée à des pilotes d’usine, qui remporteront à son volant de nombreux succès. (source : Motorlegend)

Rolls Royce Phantom 2 de 1929

 

Alfa Roméo 6C 1750 Zagato de 1929

 

MG J2 de 1931

 

Lagonda Rapier de 1935

 

MG TA Type Q de 1936

 

Peugeot 302 Spéciale Sport "Darl'Mat" de 1937

Il s'agit du très bel exemplaire exposé au Musée Peugeot de Sochaux.

 

Simca Gordini Type 5 châssis n°1705 de 1937

Malgré sa petite taille, cette voiture est une véritable « bête de course » préparée par Amédé Gordini dit « Le Sorcier ». C’est une biplace réalisée en 1937 sur la base d'une Simca 5, une petite voiture populaire dotée d’un moteur 4 cylindres de 570 cm3. Obtenir des performances avec ce petit moteur anémique relevait de la gageure. Gordini a néanmoins réussi à pousser cette voiture à 125 km/h grâce notamment à une culasse spéciale et à l'allégement du véhicule. Ce petit engin a un palmarès incroyable : sur huit participations à des épreuves d'endurance, notamment aux 24 Heures du Mans, elle remporte cinq victoires dans sa classe ! Et non content de lui faire gagner des courses, Gordini lui fait battre des records de vitesse. Elle obtient en 1937, 22 records du monde, dont celui des 48h à 103 km/h de moyenne. Et tout cela avec un moteur de 23 chevaux !

(Source : Cité de l'Automobile )

 

Alfa Roméo 6C 1750 GS châssis 10814331 de 1938

Le modèle présenté ici est un 6c « Gran Sport » de 1931 carrossé initialement par Zagato et équipé d'un moteur 6 cylindres en ligne de 1752 cc .Implanté longitudinalement à l’avant ce moteur, équipé d’un « supercharger » développe une puissance maxi de 85cv à 4500 t/mn et un couple maxi de 172 Nm.

La voiture vie sa vie jusqu’en 1938 date à laquelle elle est rachetée presque en état d'épave par Guiseppe Aprile de Savone qui est lui-même carrossier automobile. Au lieu de restaurer la carrosserie de Zagato, Aprile décide de créer un nouveau modèle plus moderne. Pour cela il fait appel aux services du styliste Revelli de Beaumont qui va créer une ligne très aérodynamique tout en respectant la tradition d’Alfa Roméo. 

Le travail terminé, Aprile vend la voiture à un collectionneur italien qui va protéger son bien pendant toute la deuxième guerre mondiale avant de la revendre en 1956. Le 4ème propriétaire va conserver cet unique véhicule pendant plus de quarante ans dans la plus grande discrétion. Ce n’est qu’en 2008 qu’un collectionneur italien en fait l’acquisition et lance une restauration méticuleuse de ce magnifique spider avant de le présenter au Concours d’Elégance de Pebble Beach en 2012 ou elle finira deuxième de sa catégorie!

 

Alfa Roméo 6C 2500 SS Corsa de 1939

 

BMW 328 de 1939

 

Simca Gordini Type 8 de 1939

Cette voiture est la dernière d’une série de trois voitures réalisées par Amédée Gordini jusqu’en 1939. Construite sur le châssis retaillé de la Simca 8, elle reçoit une carrosserie en aluminium très légère. Elle dispose également d'un moteur 4 cylindres remanié qui développe une puissance de 74 ch qui lui permet d'atteindre les 160 Km/h. Pilotée par Gordini et Scaron, elle remporta la coupe "de l'indice de performance" au Mans 1939. Elle fait partie de la collection de la Cité de l'Automobile de Mulhouse.

 

Delahaye 135 S "Le Mans" de 1938

C'est en 1938 que Delahaye gagna les 24 heures du Mans avec une 135 S pilotée par l'équipage E.Chaboud /J.Tremoulet.

Deux autres 135 S se hisseront à la deuxième et quatrième place!

 

Delahaye 135 Cabriolet Saoutchik de 1949

 

Talbot Type 26 C de 1949

 

Talbot Lago Sport 2500 de 1956

Cette Talbot à la particularité d'avoir un moteur Maserati.

 

Aston Martin DBR/2 de 1957 (probablement une réplique sur base Aston Martin)

 

Alfa Roméo 1900L Victoria de 1958

 

Aston Martin DB4 GT Zagato de 1959

 

Abarth-Fiat 1000 Bialbero "Le Mans" de 1960

 

Panhard Levassor CD Coupé "Le Mans" de 1962

Avec seulement 702 cc ,cette CD (Charles Deutch) Coupé gagna la coupe de l'Indice de Performance au Mans 1962 aux mains de l'équipe Gilhaudin/Bertaut. Elle fait partie de la collection du Musée National de l'Automobile de Mulhouse.

 

Ferrari 250 Le Mans châssis n° 5975 de 1964

Encore une voiture issue de la collection du Musée National acquise par les frères Schlumpf à l'automne 1967.Livrée en 1965 à Helge Persson un grand « Ferrariste » suédois, cette voiture participa à quelques rares épreuves locales près de Stockholm et n'a donc parcouru que peu de kilomètres.

 

Porsche 908/01  châssis 908013 de 1968

Cette 908 qui a fini troisième  aux 24 heures du Mans 1968 et 1972 a également été utilisée pour le tournage du film "Le Mans" avec l'acteur américain Steve Mac Queen.  

 

Monteverdi 375 S Berlinetta de 1972

 

Peugeot 905 de 1992 et 1993

En 1992 la 905 Evo 1Bis numéro 2 fini 3ème aux 24 heures du Mans aux mains de l'équipage Baldi/Alliot/Jabouille.

 

Porsche 962 GTi de 1992

Cette voiture préparée par ADA Engineering a terminé 12ème aux 24 heures du Mans 1992 avec l'équipage Dereck Bell / Tiff Needell.