En marge des "Finali Mondiali", finales mondiales des championnats Ferrari, était organisé sur le Circuit du Mugello des sessions de course du très exclusif programme "Corse Clienti".L'occasion pour moi de pouvoir admirer pour la première fois les fameuses XX et de voir évoluer de nombreuses Formule 1.Des 333 SP avaient également fait le déplacement.

Bonne visite.

 

 

 

 

L’idée du programme XX est de permettre à de (très riches) passionnés de prendre le volant de machines extrêmes non homologuées pour la route (à l’exception de quelques initiatives privées) et n’étant éligibles à aucune course dument reconnue par les instances du sport automobile, afin de se faire plaisir sur les plus beaux circuits du monde dans le cadre d’évènements très encadrés par Ferrari.

Quelle belle initiative de la part d’une marque que d’offrir (moyennant un gros chèque quand même) autant de plaisir de conduite a ses meilleurs clients….mais y aurait il autre chose derrière tous ca ?

En effet, les voitures font office de laboratoire pour tester de nouvelles technologies au profit des futurs modèles de la marque, et par conséquent les clients deviennent pilotes d’essais, participant ainsi au développement de la voiture par le biais de leurs commentaires sur la sensation de conduite, de leurs envies et des appareils de télémétrie qui transmettent aux ingénieurs une foule de données.

Le programme a tout prévu pour que les heureux clients bénéficient d’une prise en charge complète : avant chaque session, les voitures sont préparées par une horde de mécaniciens et d’ingénieurs aguerris employés chez Ferrari et sont ensuite alignées en épi dans la ligne des stands. Ils n’ont plus qu’à monter dans leur siège ajusté à leur morphologie et s’élancer .Ils peuvent même bénéficier des conseils de pilotes de la Scuderia ! Les voitures n’étant pas homologuées pour un usage routier, la plupart des bolides sont conservés à Maranello dans un bâtiment dédié ( Via Ascari) et révisés par Ferrari qui met à disposition sa piste d’essai privée de Fiorano .Le transport des voitures sur n’importe quel circuit mythiques d’Europe comme Monza, Silverstone, Spa-Francorchamps, Le Castellet … est également organisé par la maison.

 

Le premier modèle dénommé FXX, fit son apparition en 2006 au Salon de Bologne. Il s’agit d’une déclinaison de la mythique Ferrari Enzo, avec un V12 réalésé aux performances améliorées et un aérodynamisme retravaillé qui s'est traduit par une augmentation de l'appuis de 40% .L'avant et l'arrière ont également été entièrement repensés jusqu'à l'angle du spoiler arrière qui peut être réglé par le conducteur.

Lors de l'été 2007, un kit Evoluzione fut proposé, prenant en compte les demandes des pilotes et poussant le V12 à 850 chevaux à 9500 tours par minute. La boite de vitesse gagna en vitesse, l'aérodynamique arrière, le freinage et le contrôle de traction furent aussi améliorés. Le but était de prolonger la durée de vie du programme de deux ans supplémentaires, sans que la voiture ne soit dépassée.

Au cours de l'hiver 2007/2008, la plupart des exemplaires existants furent renvoyés à Maranello et remis à neuf avec le pack «Evoluzione».A l'époque, les Evo furent faciles à identifier grâce à l’adjonction de bandes blanches sur les ailes. Exit les rétroviseurs qui laissèrent place aux caméras. L'évolution fut facturée tout de même 185 000 euros. Si on rajoute le prix de base de 1,5 millions d'euros, l’addition était salée ! Trois nouveaux châssis furent créés directement en Evoluzione, pour un total d'environ 37 voitures.

Trois FXX ont fait le déplacement :

 

FXX #78 - châssis n° 144883 - Thomas Unthank (États-Unis)

 

FXX #87 - châssis n° 145749 - Niels Zibrandtsen (DK)

 

FXX #89 - châssis n° 145765 - Niels Zibrandtsen (DK)

 

En 2009 apparu le deuxième missile de la série , la 599 XX déclinaison sur vitaminée de la 599 GTB Fiorano. Les ingénieurs de Ferrari apportèrent des modifications importantes au niveau de l’échappement, du conduit d’admission et des chambres à combustion du moteur. Ces modifications et la réduction de l’usure interne ont permis de pousser le moteur à un régime maximal de 9 000 tr/min, pour une puissance supérieure à 700 ch. Une attention toute particulière fut également portée à la réduction du poids de ses composants.

Ce concentré de technologie fut équipé d'un système inédit  très sophistiqué appelé « Active flow » qui contribua à augmenter la charge verticale (l'appui) et/ou à réduire la résistance dans différentes conditions de dynamique sur piste .Il aspire par l'intermédiaire de deux aspirateurs situés dans la malle  une partie de l'air circulant sous l'auto grâce à la présence d’un matériau poreux dans le diffuseur,  et l'expulse vers l’arrière à travers deux grilles placées à la hauteur des feux arrières. Un autre système innovant, dénommé High Performance Dynamic Concept, a été défini en vue d’obtenir le maximum de réactivité de la voiture, en gérant de manière optimisée la combinaison de la limite mécanique avec le potentiel des contrôles électroniques. La mécanique et l’électronique concourent donc à atteindre le potentiel maximum de la voiture de manière constante et dans des conditions d’utilisation extrêmes.

La maniabilité sportive a augmenté grâce à l’adoption des suspensions à contrôle magnéto-rhéologique de seconde génération et à la présence d’un « ingénieur de voiture virtuel » qui permet de surveiller en temps réel l’état d’efficacité et d’utilisation du véhicule, fournissant au pilote toutes les informations nécessaires à travers le tableau de bord !Extérieurement, sa robe a été revue avec un large emploi de composites et de fibre de carbone.

Quasiment la moitié de la production avait fait le déplacement  au Mugello !

 

599 XX  #05 - châssis n° 170896 - John Arthur Olafsen (N)

 

599 XX  #44 - châssis n° 175808 - Larry Caplin (USA)

 

599 XX  #93 - châssis n° 170891 - Chris Froggratt (UK)

 

Comme  pour la FXX, cette voiture a eu droit  par la suite à sa version Evoluzione et à un "Pack Evo" pour les 599XX déjà existantes. Plus de puissance et d'appui aérodynamique sont naturellement au rendez-vous. On les reconnait grâce a leur aileron sur dimensionné et leurs échappements latéraux.

599 XX Evoluzione #13 - châssis n° 187546 - Frank Privitera (USA)

 

599 XX Evoluzione  #54 - châssis n° 187956 - Michael Luzich (USA)

 

599 XX Evoluzione  #91 - châssis n° 188390 - Peter Castellana (USA)

 

599 XX ( Pack Evoluzione )  #16 - châssis n° 170901 - Yuka Komiya (Vietnam)

 

599 XX ( Pack Evoluzione ) #19 - châssis n° 170889 - Claudio (I) / Deborah (F)

 

599 XX ( Pack Evoluzione ) #21 - châssis n° 169968 - Valentin Bukhtoyarov (RUS)

 

599 XX ( Pack Evoluzione ) #31 - châssis n° 170885 - Alejandro Roemmers (ARG)

599 XX ( Pack Evoluzione ) #59 - châssis n° 170301 - Peter Christensen (DK)

 

599 XX ( Pack Evoluzione ) #76 - châssis n° 170893

 

599 XX ( Pack Evoluzione ) #87 - châssis n° 189429 - Marian Sufliarsky

 

599 XX ( Pack Evoluzione ) #92 - châssis n° 170902 - Greg B (Italy)

 

599 XX ( Pack Evoluzione ) #98 - châssis n° 170888 - Niels Zibrandtsen (DK)

 

La dernière voiture du programme est la FXX-K, qui fut officiellement présentée lors des Finali Mondiali à Abu Dhabi en décembre 2014. La lettre K faisant référence à «KERS» (Kinetic Energy Recovery System), la fameuse technologie de récupération d'énergie cinétique.

En partant de la très désirable LaFerrari, les ingénieurs de Maranello n'ont fait aucun compromis dans la conception de leur FXX K, dont les innovations technologiques offrent une expérience de conduite sans précédent pour le groupe exclusif de clients-testeurs. L'énorme potentiel de cet "avion de châsse" se résume en quelques chiffres significatifs: 1050 chevaux au total, dont 860 proviennent du moteur thermique V12 et 190 du moteur électrique avec plus de 900 Nm de couple maximum.

32 exemplaires seraient sortis des usines Ferrari à plus de 2 millions d'euros l'unité!

17 voitures étaient présentes pour ces Finali Mondiali !

 

FXX - K #08 - châssis n° 218329 - Deborah & Claudio (Italy)

 

FXX - K #13 - châssis n° 210544 - Eberhard Jung (D)

 

FXX - K #17 - châssis n° 216042 - Yoshio Tsuzuki (Japan)

 

FXX - K #18 - châssis n° 209083 - Clifford Chen (Taiwan)

 

FXX - K #20 - châssis n° 219150 - Jim Weiland (USA)

 

FXX - K #21 - châssis n° 211083 - Peter Bukhtoyarov (RUS)

 

FXX - K #27 - châssis n° 211251 - Peter Mann (USA)

 

FXX - K #29 - châssis n° 198002 - Paul Eng (Singapore)

 

FXX - K #31 - châssis n° 211632 - Alejandro Roemmers (ARG)

 

FXX - K #36 - châssis n° 208780 - Marcos Hites (Chile)

 

FXX - K #40 - châssis n° 218127- Chris Ruud (USA)

 

FXX - K #44 - châssis n° 212351 - John Taylor (USA)

 

FXX - K #47 - châssis n° 209602 - Moto (Japan)

 

FXX - K #54 - châssis n° 219729 - Michael Luzich (USA)

 

FXX - K #55 - châssis n° 215746 - Masaomi Suzuki (Japan)

 

FXX - K #68 - châssis n° 217521 - Chengwei Hu (China)

 

FXX - K #69 - châssis n° 208791 - Thierry Helvadjian (F)

 

Apres plusieurs années de bons et loyaux services, ce qui devait arriver, arriva.

La FFX-K a droit elle aussi à son évolution. Les Finali Mondiali ont d'ailleurs servi de décor à la première mondiale de la nouvelle FXX-K Evo, qui sera disponible en version très limitée et en tant que package de mise à niveau pour les voitures XX existantes. J'ai eu la chance de pouvoir la découvrir lors de sa présentation au sein de l'exposition des 70 ans de la marque.

L'Evo se distingue avant tout par une réduction de poids obtenue par « des procédés innovants de fabrication de composants en fibre de carbone », explique le constructeur. Elle aurait aussi des qualités aérodynamiques supérieures, auquel contribue le nouvel aileron à une aile fixe à double profil à l’arrière. Son coefficient de portance négative aurait été amélioré de 23 % par rapport à sa devancière, ce qui équivaut à une augmentation de 75 % par rapport à une LaFerrari!

Les améliorations de performances de la FXX-K Evo ont également exigé de nouvelles prises d’air de frein avant qui, bien qu’elles ne soient pas plus larges pour éviter l’augmentation de la traînée, s'avèrent toutefois plus efficaces grâce à une refonte complète de l’admission elle-même. De plus, les éléments de la suspension ont été spécifiquement calibrés afin d’être adaptés aux nouvelles performances aérodynamiques de la voiture.

Bref, une multitude de changements qui améliorent encore la bête. J'ai vraiment hâte de la découvrir sur circuit !

 

 

 

Avec son programme XX , ou le client devient essayeur pour la marque, Ferrari nous a démontré que la relation client reste au centre de ses principales préoccupations. Mais ce n’est pas tout puisque la firme de Maranello va encore plus loin, elle vend aussi ses Monoplaces ! Et oui, depuis déjà quelques années la plupart des autos ayant couru en Formule 1, sont cédées moyennant argent et passion. Une idée vraiment brillante, réservée vous vous en doutez à quelques privilégiés qui permet aux nombreux passionnés comme moi de pouvoir admirer et entendre des légendes du Sport Automobile, car certaines d'entre elles sont rentrées dans l’histoire, comme les F2001, F2002 , championnes du monde grâce à Michael Schumacher et Rubens Barichello.

En raison de la grande complexité technique des modèles des dernières années, il semblerait que Ferrari souhaite désormais ne plus vendre de monoplaces  à des clients privés. Les F138 de 2013 seraient les dernières auto cédées.

Treize Formule 1 étaient au rendez-vous ce week-end, de la F399 de 1999 à la F2012 de 2012 ainsi que trois 333 SP .

 

F399  de 1999 - châssis n° 196

 

F399  de 1999 - châssis n° 197

 

F2001/652  de 2001 - châssis n° 213

 

F2001/652  de 2001 - châssis n° 214

 

F2002  de 2002 - châssis n° 224

 

F2005  de 2005 - châssis n° 246

 

F2007  de 2007 - châssis n° 261

 

F2008  de 2008 - châssis n° 265

 

F2008  de 2008 - châssis n° 266

 

F2008  de 2008 - châssis n° 271

 

F150 Italia  de 2011 - châssis n° 290

 

F150 Italia  de 2011 - châssis n° 291

 

F2012  de 2012 - châssis n° 296

 

333 SP - châssis n° 016

 

333 SP - châssis n° 027

 

333 SP - châssis n° 028