En déplacement pour raison professionnelle, je me retrouve de passage dans la capitale en cette journée du  samedi 23 janvier. C'est l'occasion pour moi de retrouver une ville que j'apprécie particulièrement et de faire un peu de carspotting, l'objectif étant d'apercevoir des modèles inédits pour moi et pourquoi pas de dénicher la perle rare.

La saison ne  s'y prêtant pas forcement je décide de zapper les détours vers les divers hôtels et palaces et de me concentrer plutôt sur les showrooms de la plus belle avenue du monde. Leurs expositions éphémères se révèlent parfois très intéressantes.

La veille de mon arrivée j'apprend par un contact des réseaux sociaux la présence d'un modèle "spécial" chez Charles Pozzi, la concession Ferrari. Je me vois donc dans "l'obligation" d'étendre mon escapade parisienne jusqu'a la ville de Levallois-Perret....  

Bonne visite. 

 

 

Me voila donc en train de monter les Champs-Elysées lorsque j'aperçois sur ma droite le C42,un étonnant édifice vitré de neuf étages entièrement dédié à Citroën. Cet immeuble doit son nom à son numéro dans la célèbre avenue. Avant son inauguration en 2007,ce lieu était connu sous le nom " l'Hippo Citroën ".

A l'intérieur les voitures sont exposées les unes au dessus des autres sur des modules sphériques, c'est plutôt impressionnant.

Depuis le 1er Octobre la marque propose un nouveau thème d'exposition nommé "Citroën [RE]Mix".

La visite commence par cet étrange véhicule.

Présenté en 2011 lors de la Design Week de Milan, ce concept-car est l'œuvre du designer français Ora-ito. Nommé UFO (Unidentified Flying Object) cette création est directement inspirée des modèles mythiques de Citroën et d'une soucoupe volante !

Ce moyen de transport venue tout droit du futur est à l'opposé des standards actuels et à la particularité, à défaut de pouvoir rouler, de flotter!

 

Au dessus la visite continue avec le prototype C10 de 1956, un concept étonnant dont le design de sa carrosserie est directement inspiré d'une goutte d'eau. Elle est l'aboutissement d'une série de prototypes (projet C) pensée par l'ingénieur André Lefebvre lancée dès 1953, visant à imaginer les voitures du futur. Le but était de produire un petit véhicule très léger, compact et économique.

Coté technique, elle dispose du moteur de 425cm3 de la 2cv qui lui permet d'atteindre avec un poids de 382Kg, la vitesse maximale de 110 Km/h. Son aérodynamisme très étudie lui a permis d'obtenir un CX de 0,258.

Malgré ses qualités, le projet surnommé "coccinelle" ne fut pas retenu car l'Ami 6 lui fut préférée.

 

Plus haut on retrouve un des modèles mythique de la marque française vendue à plus de 5 millions d'exemplaires, la 2CV.

Cette "007" de 1981 à la particularité d'avoir été conduite par l'actrice Carole Bouquet au coté de Roger Moore alias James Bond dans le film "Rien que pour vos yeux".

 

Elle est équipée d'un moteur de GS 1015 cm3 et de nombreux renforts de sécurité ( cage de sécurité, tôle sous moteur et boite de vitesse, suspension durcie et rehaussée) pour supporter toutes les cascades du tournage.

 

Au dernier étage se trouve la DS X2 "aux flèches" de 1976, une œuvre imaginée par l'artiste Jean-Pierre Lihou qui a nécessité 500 heures de travail et 73 pots de teintes différentes.

 

Enfin, au sous-sol, je me confronte à la toute récente double vainqueur du championnat WTCC, la C-Elysée.

 

En remontant l'avenue j'aperçois dans une rue perpendiculaire cette Lamborghini Gallardo.

 

 

Je suis ensuite dans" l'Atelier Renault", le showroom de la marque au losange. Deux voitures attirent mon attention

La première est la petite citadine électrique Twizy mais celle ci à la particularité d'être badgée "Renault Sport F1".Ce concept-car fait le lien entre la technologie F1 et les véhicules de série, à travers un style musclé et des performances spectaculaires.

Chaussée de roues de monoplace, équipée d'une lame avant et de pontons latéraux, sa filiation avec la discipline reine du sport automobile est établie sans ambigüité. Coté moteur elle dispose d'un KERS modifié (Kinetic Energy Recovery System) système que l'on retrouve sur les F1. En fait ( pour faire simple) ce système est capable de récupérer une partie de l'énergie cinétique générée par le freinage. Au lieu de se disperser sous forme de chaleur dans les freins, l'énergie ainsi récupérée peut alors être stockée et réutilisée pour la propulsion du véhicule.

Lorsque le KERS est activé la puissance du véhicule est multiplié par six, passant instantanément de 17 à 97 ch !

 

La deuxième est cette Formule 1 électrique du team "Renault e.Dams". qui gagna l'année dernière le titre de meilleure équipe du premier championnat du monde de Formule E. La voiture est ici dans sa nouvelle version 2015-2016.Elle bénéficie cette année de la nouvelle technologie ZE15 développée par la marque.

 

On peut aisément comprendre que cette discipline, au même titre que la F1, est un programme majeur dans la stratégie sportive de la marque et qu'elle participe directement ou indirectement à la promotion du savoir-faire du constructeur français dans le domaine des véhicules électriques de série de la gamme Z.E.

 

Dès l'entrée chez Mercedes, un immense panneau lumineux affiche fièrement le double titre en F1 de la marque allemande. Devant lui se trouve cette AMG-GT, une bombe équipée d'un V8 4.0 litres.

 La nouvelle Classe C Coupé est également présente, ici en version C220d de 170 ch accessible à partir de 40750 Euros.

 

Apres Citroën, Renault et Mercedes, j'arrive donc à Peugeot Avenue, le showroom de la marque qui habille en ce moment sa vitrine internationale aux couleurs de  Peugeot Sport.

Le ton est donné avec la présence de trois véhicules d'exception.

La première est une Peugeot 2008 DKR engagée sur le Dakar 2015 avec l'équipage Peterhansel / Cottret. Duo qui à l'heure ou j'écris ces lignes a remporté l'édition 2016. Victoire qui permet à Peterhansel 25 ans après son premier succès en moto de parvenir à l'exploit de décrocher son 12ème titre dans cette épreuve  !! (6 à moto, 6 en auto)

 

Pour Peugeot, cette victoire complète un palmarès sportif déjà riche  de quatre succès au Dakar conquis en Afrique entre 1987 et 1990.Il aura fallu vingt six ans pour que  l'équipe française retrouve la plus haute marche du podium.

 

La seconde fait référence à l'Endurance et plus particulièrement aux 24 h du Mans. Il s'agit de la  908 HDI FAP victorieuse de l'édition 2009.

 

La troisième est la 208 T16 avec laquelle le pilote alsacien Sébastien Loeb remporta en 2013 "Pikes Peak", la mythique course de cote de Colorado Springs aux Etats Unis.

 

Avec un temps de 08'13"878 il bat ainsi, avec plus d' 1 minute 30, le précédent record détenu par Rhys Millen en 2012.

Coté technique le fauve dispose d'un moteur V6 Bi-turbo développant 875ch associé a une boite séquentielle SADEV qui permet de retransmettre la puissance aux quatre roues motrices.

Avec un poids plume de 875ch elle obtient un rapport poids/puissance de 1ch/1kg. Les performances sont exceptionnelles: 0 à 100 km/h abattu en 1,8 secondes pour une vitesse maximale de 240 km/h!

 

Apres les Champs Elysées je prend la direction de Levallois Perret pour me rendre chez Charles Pozzi, le concessionnaire Ferrari.

Grosse surprise dans la vitrine, une Laferrari (châssis 208219) inédite pour moi dans cette couleur, dernière Supercar de la marque apparue en 2013 pour succéder à la mythique Enzo.

Fabriquée à 499 exemplaires (tous vendus avant leur sortie) il fallait quand même débourser 1 200 000 euros pour en être l'heureux propriétaire! Elle est le premier modèle dans l'histoire du constructeur Italien alimenté par le système HY-KERS (Hybrid). La voiture dispose d'un V12 6,3 litres développant la bagatelle de 800ch couplé à un moteur électrique de 163ch. Elle bénéficie également de toutes les technologies disponibles en F1.Avec un poids maitrisé de 1255 kg ce pure sang italien accélère de 0 à100 en 2,6 secondes et peut atteindre les 350 km/h.

 

A coté se trouve cette F1,probablement une maquette.

 

A l'étage se trouve le showroom.Califormia,F430,550 Maranello,F12 Berlinetta, elles sont toutes là.

 

Mais celle qui attire mon attention est la 488, la ptite dernière. Je n'avais jamais encore eu la chance d'en croiser une et là je suis servi puisqu'il y en a trois. Deux en version GTB

 

et une autre en spider qui dispose d'un toit rigide rétractable comme la 458 Spider.

 

coté moteur, elle est équipée du V8 3,9 litres bi turbo de 670ch et accélère de 0 à 100km/h en 3 secondes comme la GTB.

 

J'arrive enfin vers celle pour laquelle j'ai fais principalement le déplacement, la F12 Tdf ( châssis 215667) , une série spéciale en édition limitée à 799 exemplaires crée en hommage au Tour de France Automobile, la légendaire compétition d'endurance dominée par Ferrari dans les années 50 et 60.

 

Véritable bête de course la "Tdf" gagne 110kg et 40ch par rapport à la F12 Berlinetta dont elle est dérivée. Avec  un V12 6,3l  entièrement revisité  pour l'occasion de 780 ch et une zone rouge à 9000 tr/mn elle tombe le 0 à 100 Km en 2,9 secondes et peut atteindre les 340 km/h.

 

Ces performances sont dues également à l'amélioration de la boite de vitesse avec une rapidité accrue de 30% dans la monté des rapports et de 40% en descente, d'un gain sur l'aérodynamisme et de l'introduction d'un nouveau système à quatre roues directrices!

 

Un peu plus loin une autre belle surprise, une 308 Groupe 4 châssis 20905 de 1977.Elle termina 6ème au Tour Auto l'année dernière.

 

Enfin aux milieu des Ferrari, est exposée cette Gumpert Apollo S

 

 

que je néglige un peu car l'heure tourne et il faut que je retourne sur Paris.

De retour je tombe sur cette Maserati 

 

et cette Lamborghini Gallardo à la sonorité envoutante.

 

 

Enfin je fini cette escapade parisienne par un détour vers le parking Foch qui abrite comme à son habitude de très belles choses.