Wikio

Partagez cette page avec vos amis.

 

Du 6 au 9 septembre 2012 se déroulait dans une des perles de la riviera Suisse ,le Grand Prix de Montreux.

En 1934 ,cette station balnéaire du canton de vaux voyait de dérouler dans ses rues étroites son premier et unique Grand Prix. A l'époque 12 voitures étaient sur ​​la ligne de départ pour 90 tours ,les Ferrari n'existaient pas encore tandis que les Bugatti, Maserati et Alpha allaient déjà à plus de 200 km/h sur la rue principale. Au terme d'une lutte impitoyable avec Philippe Etancellin au volant de sa Maserati, c'est finalement le comte Carlo Felice Trossi qui remporta la victoire sur Alfa Roméo ,écurie dirigée en son temps par un certain… Enzo Ferrari. Il faudra par la suite attendre plusieurs décennies pour que l'évènement refasse surface non plus sous la forme d'un Grand Prix mais plutôt comme une rétrospective de véhicules historiques. Un évènement qui malgré sa rareté marqua les esprits de bon nombre de passionnés et amateurs de Ferrari lors des éditions précédentes de 2002 et 2006. Plusieurs dizaines de Ferrari historiques étaient alors présentées donnant naissance a une manifestation incontournable pour les inconditionnels de la marque au cheval cabré. La très attendue édition 2012,se devait d'être à la hauteur mais se ne fut malheureusement pas le cas. Néanmoins, si on fait abstraction du passé, cette manifestation située dans un cadre exceptionnel et bien organisée attira plus d'une centaine de véhicules très variés et de grande qualité .Quelque Ferrari on fait le déplacement mais  cette année l'organisation a mis l’accent sur la marque victorieuse de la toute première édition de l’événement qui a eu lieu il y a 78 ans. Le musée Alfa Roméo d'Arese situé en Italie ,a amené dans ses bagages une dizaine de voitures de son exposition, dont une semblable a celle victorieuse ici même ,la Tipo B "P3",l'occasion pour moi d'en apprendre un peu plus sur cette marque Italienne.

Se déroulant sur plusieurs jours, je n'ai malheureusement pas pu suivre l'ensemble de la manifestation. Je vous propose de découvrir la première journée où j'ai pu assister à l'arrivée des concurrents sur la place du marché(malheureusement inaccessible). Si la course se déroulait au centre-ville de Montreux à l’époque et en 2006, cette année les pilotes devaient se défier sur le tracé  Montreux-Caux ,une cote de 4.5Km sur 900m de dénivelé. Le Jeudi était consacré à la reconnaissance de cette cote que j'ai pu parcourir grâce a la complicité d'Aureil un ami des forums et à une "ballade" jusqu'aux routes sinueuses des vignobles du Lavaux (site classé au patrimoine mondial de l'Unesco). En fin d'après midi le parc fermé ouvre ses portes au public, l'occasion de pouvoir voir l'exposition Alfa Roméo et d'apprécier de plus prêt ces bolides. .

Bonne visite. 

 

Les Ferrari

 

250 GT SWB de 1961 châssis n°2347GT

 

275 GTB/4

 

275 GT/S châssis 07627

 

365 GTB/4 Daytona

 

365 GTB/4 Daytona

 

365 GTB/4 Daytona

 

Dino 206 S

 

Dino 246 GT

 

Dino 246 GTS

 

512 BB

 

308 GTB

 

308 GTB "Polyester"

 

328 GTS

 

F40

 

512 TR

 

512 TR

 

Enzo

 

Superamerica

 

599 GTB

 

599 GTO

 

California

 

458 Italia Challenge

 

Les Alfa Romeo

 

Tipo B "P3" de 1932.(Musée historique Alfa Roméo)

Cette voiture, la Monoposto Tipo B qui fut rebaptisée un peu plus tard P3 est l’œuvre de Vittorio Jano et  constitue l’une des étapes fondamentales dans l’histoire automobile d’Alfa Romeo. Datant de 1932,elle est engagée la même année  au grand-prix d'Italie à Monza, où elle gagna aux mains de Tazio Nuvolari.Equipée d'un moteur 8 cylindres en ligne, qui était en fait un bi-bloc de deux 4 cylindres accouplés elle remporta de nombreuses courses (Grand Prix de France, d'Allemagne...)durant la saison 1932-1933.Son moteur faisait 2 654 cc de cylindrée, une puissance de 215 ch à 5 600 tr/mn, pour une vitesse maximum qui était de l’ordre de 232 km/h. Voiture relativement légère, 700 kg, elle a été fabriquée en six exemplaires. A partir de 1934, la voiture reçu un nouveau moteur de 2,9 litres.C'est a cette période qu'elle remporta le Grand Prix de Montreux. Puis en 1935, encore un nouveau moteur, de 3,2 litres, qui a permis de porter la puissance jusqu’à 260 ch. La voiture exposée ,châssis 50005 est celle du musée d’Arese, j'avais déjà eu l'occasion de la croiser lors du Techno Classica d'Essen.

? (Musée historique Alfa Roméo)

Tipo 159 "Alfetta"de 1951(Musée historique Alfa Roméo)

C’est avec une Alfetta 159 que Juan Manuel Fangio a été champion du monde en 1951.Véritable icone du sport automobile du début des années 50,cette voiture est en réalité l'évolution de la 158 conçue quelque années auparavant. Un petit retour en arrière va nous permettre de comprendre comment Alfa Romeo est arrivé à concevoir ces autos là.

A la fin des années 30,face à la surabondance de puissance des monoplaces allemandes, notamment Mercedes et Audi, Alfa Romeo avait de plus en plus de mal à lutter. A la fin des années 30, en 1938 est apparue une nouvelle réglementation, qu’on appelait "les voiturettes". En fait c’étaient des voitures qui devaient être réalisées avec des moteurs de 1500 cm3 surcompressés. La firme Italienne s’est lancé dans cette technologie et a sorti la 158.La deuxième guerre mondiale arriva et les voitures n’ont pas été utilisées évidemment et mises à l’abri dans une petite ville au Nord-Est de Milan à une trentaine de kilomètres. Ce qui a permis de récupérer les autos après la guerre, et de commencer à les faire courir.

Le premier championnat du monde a été organisé en 1950, et c’est l’Alfetta 158, avec Nino Farina aux commandes qui le remporta .Nino Farina a gagné le premier grand prix de formule 1 à Silverstone en 1950, et à la fin de l’année a devancé Fangio de quelques points. Fangio n’était que deuxième. Il pris sa revanche sur Farina en 1951,avec l'Alfetta 159 en gagnant à la fois le Grand Prix de Suisse et le Grand Prix d’Espagne qui était le dernier grand prix de l’année, en devançant Ascari sur Ferrari à l’époque. Il gagna le championnat avec deux points d’avance sur le pilote de la Scuderia.

La 159 (700Kg) avait un moteur de 1500 cm3 suralimenté, qui développait 430 ch à 9300 tr/mn et qui permettait d’atteindre une vitesse de 300 km/h. Il a été dessiné par le célèbre Gioacchino Colombo.

Cette voiture du musée historique de la marque fut également exposée à Rétromobile 2011 à l'occasion de l'hommage rendu  à Fangio.

 

6C 3000 CM châssis 0127 de 1953 (Musée historique Alfa Roméo)

Il s'agit d'une voiture au volant de laquelle Juan-Manuel Fangio gagna le Grand Prix de Supercortemaggiore en 1953.C’est un spider 6C 3000 CM, CM pour Competizione Maggiorata. Elle a été carrossée par Colli et était destinée à courir dans les compétitions de sports prototypes en 1953.Il a été fabriqué quatre coupés et deux spiders. Parmi les deux spiders, celui-ci est le seul a voir a un palmarès. L'autre a été terminé en 1954. Il devait être engagé aux 1000 Milles et fut malheureusement détruit lors des essaies.   Sur le plan de la carrosserie, c’est un châssis poutre central et treillis aluminium, dans le style des Disco Volante qui ont été réalisées en 1952 et 1953 par Touring. La mécanique, un 6 cylindres en ligne de 3,5 l de cylindrée qui développe 246 ch à 6500 tr/mn.

Elle fut également présente à Rétromobile l'année dernière.

 

1900 SS Zagato

Voiture aussi rare que dotée d'un superbe design, elle est construite a partir de 1953.

Le coupé 1900 est certainement une des Alfa qui a le plus inspiré les grands carrossiers italiens: Ces deux très beaux exemplaires sont l'œuvre de Zagato.

 

2000 Sportiva châssis n° AR1900S de 1954 (Musée historique Alfa Roméo)

Ce coupé très élégant carrossé par Bertone n'a été produit qu'en deux exemplaire. Il reprend le moteur de la Disco Volante à carrosserie Touring, elle même évolution sportive du 4 cylindres de la 1900.Alimenté par deux carburateurs Weber double corps, sa superbe mécanique développe prés de 140 ch, autorisant une vitesse de 220Km/h.

Son dessin est l'œuvre du  talentueux Franco Scaglione alors responsable du design Bertone.

 

Giulietta Sprint Speciale

Une autre voiture signée Bertone qui apparue en 1956.Elle est dotée d'un 1300cm3 développant 100ch!

 

Alfa Roméo Giulietta SZ "Coda Tronca"

En décembre 1959, Zagato lance la Giulietta SZ, construite sur un l’empattement de 225 cm de la 1900 SS. Elle en reprend également le moteur . Mieux profilée avec une carrosserie en aluminium elle ne pèse que 750 kg. La SZ atteint alors les 215 km/h en pointe. Ce modèle au confort spartiate mais aux prestations nettement plus sportives que la Sprint et la SS sera construit à 170 unités en 1960 et 1961 avec des différences de l’une à l’autre concernant les équipements, les phares carénés ou non et la finition, tant intérieure qu’extérieure.

À partir de septembre 1960, Zagato développe une version encore plus soignée du point de vue aérodynamique. Elle se différencie par un arrière allongée et tronquée, d’où son surnom de "coda tronca" (queue tronquée), en italien. Cette deuxième mouture de la SZ sera commercialisée en septembre 1961. Là encore, selon qu’ils sont destinés à la compétition proprement dite ou à un simple usage routier , les versions diffèrent et la finition s’adapte en fonction des besoins. La “ Coda tronca ” sera construite à 42 exemplaires jusqu’en janvier 1963 avant d’être remplacée par la Giulia TZ à châssis tubulaire dévoilée au Salon de Turin en 1962.

 

Giulia TI Super de 1963 (Musée Historique Alfa Roméo)

 

Giulia TZ châssis 750018 de 1964 (ex Jc.Bajol)

Comme son nom l'indique (Tubulare Zagato) elle est l'œuvre du carrossier Milanais et montée sur un châssis tubuloaire. Son 4 cylindres double arbres à cames d'une cylindrée de 1570cm3 donnait de 112 à 160cv selon les versions .Son terrain de prédilection était la catégorie GT ou elle cueillait de nombreuses victoires sur les circuits européens et nord-américains. Elle fut produite de 1963 à 1965.

 

TZ 2 de 1964 (Musée Historique Alfa Roméo)

La TZ2 fut développée en 1965 directement par Autodelta, la division sportive d'Alfa Roméo. Elle disposait d'une toute nouvelle carrosserie en fibre de verre sur un châssis tubulaire rabaissé. Son moteur de 170ch lui permettait d'atteindre les 245km/h.

10 ou 12 exemplaires seulement furent construit.

 

Junior Zagato 1300

Elle fut produite à partir de 1969  et dotée d'un 4 cylindres 1.3L développant 104ch.

 

GTA 1300 Junior de 1972 (Musée Historique Alfa Roméo)

 

155 V6 TI de 1993 (Musée Historique Alfa Roméo)

Cette voiture courue pour le compte de l'équipe Alfa Corse aux mains du pilote Nicola Larini, et remporta le championnat DTM 1993.Son V6 développe 430ch à 12000tr/min.

 

8 C

 

 

Les autres

Rondeau Inaltera

 

Jaguar Type E

 

Porsche 1600 S

 

Porsche 906

 

Porsche 911

 

BMW 507 Roadster

 

Mercedes SL

 

De Tomaso Pantera

 

Cegga Aigle Maserati de 1969 châssis n°6

Cette voiture dédiée principalement aux courses de cote ,termina troisième au Grand Prix de Casablanca en 1969.Elle est équipée d'un V12 F1 Maserati (ex Jo Siffert) développant 400ch et possède un rapport poids/puissance très intéressant puisque elle ne pèse que 690Kg!

 

Maserati

 

Maserati MC 12

 

?

 

Austin Healey

 

Triumph TR3

 

Ford GT

 

Ford GT 40

 

Lancia Stratos

 

Fiat 500

 

Tesla Roadster

Sportive 100% électrique ,elle est développée sur la base du châssis de la Lotus Elise et tombe le 0-100Km/h en moins de 4 secondes.

 

Cooper Monte Carlo de 1960 Châssis n°1

 

March

 

Mc Laren V8 Canam