Quoi de plus appréciable,que de se faire offrir pour son anniversaire,une journée dans la principauté de Monaco? Pour le passionné que je suis,ce minuscule état est le terrain de jeux idéal pour photographier de belles voitures. C'est toujours avec grand plaisir que j'y retourne car les rues de Monaco abritent de nombreux trésors. Que l'on soit fan d'automobiles anciennes,insolites ou de supercars,tout le monde y trouve son compte car tout est potentiellement visible ici. Le "rocher"est certainement un des endroits au monde à la plus forte concentration de voiture de luxe au mètre carré et je compte bien en profiter.

C'est donc en cette journée du 8 Mai que j'arrive dans la principauté avec Marc ,mon meilleur ami,passionné et complice de longue date. Comme d'habitude Il ne faudra pas attendre longtemps pour nous rendre compte que nous sommes dans un autre monde,une sorte de musée à ciel ouvert que je vous propose de découvrir.

Bonne visite.

 

Lors de cette journée nous avons pu profiter aussi des quelques voitures déjà arrivées dans le parking du Grimaldi Forum pour la vente aux enchères organisée par RM Auctions le week end suivant.

Il n'y a malheureusement qu'une infime partie de cette fabuleuse vente mais en arrivant trois jours avant la vente il ne fallait pas n'on plus s'attendre à des miracles.

Alfa Roméo 1900 Corto Gara Stradale de 1953 châssis n°01420.Il s'agirait d'une des trois voitures survivantes sur une production totale de sept exemplaires.

Talbot Lago T23 Three- Position Cabriolet de 1939 châssis n°93463.Son moteur 4 litres développe 115 ch. Il en existerait que 12 exemplaires.

Rolls Royce Silver Cloud 1 de 1958 châssis n°SGE270.Produite a seulement deux exemplaires par Freestone & Webb.

"L’équipement le plus fascinant de cette voiture est la capote à commande assistée hydrauliquement. Des plaques de tôle latérales s’ouvrent en même temps que le couvercle arrière et facilitent le déploiement sans effort de la toile. Abaissée, la capote automatique en toile bleu marine disparaît sous la ceinture de caisse, totalement dissimulée par le cache manoeuvré électriquement. Capote baissée, le champ de vision arrière du conducteur est totalement libéré contrairement à beaucoup de cabriolets européens dont le capotage reste protubérant sous sa housse de protection."(RM Auctions)

Les ailerons à l'arrière confèrent à la carrosserie une exceptionnelle originalité.

Peugeot 908 V-12 HDI FAP de 2007 châssis n°2.Ce monstre de puissance développe plus de 700ch.

Alfa Roméo 1600 Giulia Spider de 1965 châssis n° AR379248.Elle est équipée d'un quatre cylindres 1,5l développant 140ch.

Taruffi Italcorsa / Tarf 2 de 1951 châssis n°2. Comme son nom l'indique elle fut conçue par Pierro Taruffi considéré à juste titre comme l’un des plus grands pilotes et l’un des ingénieurs les plus imaginatifs de son époque. Cette voiture étonnante a été réalisée à la suite de “Tarf I”, qui avait établi six records de vitesses en 500 cm3, et deux en 1,500 cm3. La carrosserie bifuselage, de “Tarf II” est construite en 1951 pour la catégorie 2,000 cm3. Le moteur est alors un quatre cylindres Maserati 1,720 cm3, doté d’un compresseur à deux étages et délivrant 290 ch.

Le 20 mars 1951, Taruffi établit au volant de “Tarf II” les records du mile lancé et du km lancé à 298,507 km/h et 290,552 mph respectivement. Le 15 janvier 1952, Taruffi s’adjuge encore le record des 50 miles à 231,744 km/h et, le 3 avril de la même année, il en signe quatre autres : 50 km à 226,700 km/h, 100 km à 224,747 km/h, 200 km à 219,833 km/h et le record sur une heure à 217,414 km/h.

Au milieu des années 80,elle est entièrement restaurée et dotée de son actuel V6 Ferrari provenant de la Dino 246.

Porsche 911 Carrera 2.7 RS Lightweight de 1973 châssis n°911 360 0 334. Il s'agit de l'une des 200 “Lightweight” authentiques d’usine.

Ferrari 512 BB de 1980 châssis n°32437.

Les autres  comme cette BMW 3.0 CSL Coupé de 1973 châssis n°2275047 et cette Mercedes 540K Sport Cabriolet A de 1936 châssis n°130945 sont malheureusement recouvertes d'une bâche. Cette dernière à l'état irréprochable fut primée a de nombreuses reprises lors de concours d'élégance internationaux.

Pas trop de regrets toutefois car les stars de la vente ne sont pas encore là  sauf peut être pour cette superbe Ferrari 166 MM Spyder Corsa châssis n° 012I que j'avais heureusement déjà croisé lors du Techno Classica d'Essen en Mars dernier.

Nous aurions bien attendu quelques heures de plus pour espérer en voir d'avantage mais le temps passe vite et les bonnes choses ont toujours une fin. Il est déjà 16h00,et il est l'heure de rentrer.

Sur le chemin du retour,nous accompagnons cette Superamerica sur environ une cinquantaine de kilomètre,que du bonheur!!